Délégationdu Var

Le Secours Catholique chasse les préjugés

Le Secours Catholique chasse les préjugés

publié en avril 2017

De curieux balayeurs d’idées fausses ont envahi la place de la République, ce mardi 28 mars à Hyères. Une animation inhabituelle s’est en effet déroulée sur la place à 18 heures. Dans le cadre du lancement de sa campagne « Liberté, égalité, Sans préjugés : révolution fraternelle », le Secours Catholique invitait les passants à se débarrasser des idées fausses. Les membres du Secours Catholique sont allés à la rencontre des Hyérois. Armés de balais et de pelles, ils ramassaient les préjugés que les passants reconnaissaient comme faux. Un passant s’étonne que la fraude aux prestations sociales est finalement bien faible au regard des 21 milliards de la fraude fiscale détectée en 2015 selon Bercy et surtout au regard des 30 % de personnes qui pourraient recevoir le RSA et qui ne le perçoivent pas. Une jeune dame vivant au-dessous du seuil de pauvreté est surprise d’apprendre que les pauvres paient plus d’impôt que les riches en proportion de leurs revenus.

En effet, le poids des impôts progressifs s’est affaibli (l’impôt sur le revenu ne représente plus que 20 % des recettes fiscales) en comparaison aux impôts indirects dont la TVA (51 % des recettes fiscales). Si le Secours Catholique était dans la rue, c’était pour dire que les préjugés et les idées fausses sur la pauvreté ébranlent notre cohésion sociale.

« Les chômeurs ne cherchent pas de travail », « les pauvres se laissent assister »… Autant de préjugés alimentés par des discours ou des déclarations politiques, par des médias, par l’opinion publique. Ces préjugés sont alimentés par des constats en partie faux ou généralisants. Ils sont stigmatisants pour les personnes, les blessent et les abîment. Ils dressent les gens les uns contre les autres, alimentant la méfiance ; ils sont de nature à remettre en cause le consensus autour de la protection sociale.

La campagne « Liberté, égalité, Sans préjugés » se poursuit toute la semaine. Trois rendez-vous cinématographiques sont proposés dans le Var, en partenariat avec la 3e édition varoise du Festival International du Film des Droits de l’Homme. Le premier film a été présenté à la suite de l’animation, au cinéma Olbia de Hyères. Un bus itinérant qui sillonne la France sous la bannière « Liberté, Égalité, Sans préjugés » s’est arrêté vendredi 31 mars à Lorgues et samedi 1er avril sur la place de la Cathédrale de Toulon.

Des animations, des jeux, des débats, des expositions, des spectacles de rue sont autant de manières d’aller à la rencontre des citoyens, de faire vivre des temps de forum et de dialogue, d’interpeller sur les préjugés comme sur la place et la contribution de chacun dans notre société. Au cinéma Olbia a été présenté La Mécanique des flux, un documentaire de Nathalie Loubeyre. Sur différents lieux clés des routes migratoires en Europe, des voix, des visages, des corps et des paysages racontent la violence qui se cache derrière l’euphémisme de « contrôle des flux ». Une violence qui s’exerce sur des hommes, des femmes et des enfants et qui révèle l’un des visages de l’Europe d’aujourd’hui. Le film était suivi d’un débat animé par Laureen Borghese, journaliste, et dans lequel intervenait Nagham Hriech Wahabi, directrice de l’Organisation internationale contre l’esclavage moderne (OICEM).

Le film a été de nouveau projeté à Lorgues samedi 1er avril. Au Théâtre Liberté, jeudi 30 mars à 20 h 30, le public a pu voir Imagining Emanuel/Out of Norway, un diptyque de Thomas Østbye filmé en partie par un réfugié dans son chemin semé d’embûches entre l’Afrique et l’Europe.

Imprimer cette page

Portfolio